L’observation psychanalytique dans les pratiques groupales

Hommage à Ophélia Avron

Ophélia Avron

L’extension du travail psychanalytique par des situations groupales ayant développé des pratiques et des méthodologies nouvelles ou des dispositifs inédits, la question de la nature, des usages, des fonctions, des modalités et de l’utilité de l’“observation” psychanalytique comme celle des manières d’en rendre compte, se pose de manière récurrente. Les enjeux théoriques, épistémologiques et méthodologiques de “l’observation” psychanalytique dans les pratiques groupales appellent de nouvelles élaborations.

Les mutations en cours dans notre environnement socio-culturel et dans la configuration des liens — imputés à la postmodernité ou à l’hypermodernité — donnent lieu à des expressions nouvelles de la psychopathologie et de la souffrance psychique (d’origine intersubjective, sociale et culturelle). Elles ont incité des psychanalystes à inventer des dispositifs méthodologiques groupaux et des pratiques de travail adaptés à leur émergence, à leur compréhension ainsi qu’à leur traitement. Ainsi ont été mis au point des dispositifs appropriés à des configurations groupales distinctes pour engager un travail psychanalytique, avec des groupes, des couples, des familles ou des équipes au sein des institutions. Dans ces situations groupales particulières — que leurs objectifs soient la formation, la thérapie, la supervision d’équipe, l’analyse de la pratique, la régulation ou même la recherche clinique — la question épistémologique qui se pose ne peut manquer de porter sur l’objet qui spécifie fondamentalement le travail analytique et singulièrement celui du psychanalyste. Cet objet reste éminemment celui de la réalité psychique inconsciente de l’individu, autrement dit l’inconscient dans les diverses et originales manifestations de ses effets. Il s’ensuit que dans tout “travail de psychanalyse” ou de “psychanalyste”, quel que soit l’élargissement de l’horizon clinique au groupe, à la famille ou à l’institution, qu’il s’agisse désormais de psychothérapie de groupe ou dans le groupe, de travail psychanalytique en groupe ou par le moyen du groupe, celui-ci demeure l’exploration de la réalité psychique désormais étendue à de nouveaux replis et déploiements possibles de la psyché. À l’heure des mutations cliniques, de l’extension des pratiques, des renouvellements techniques, d’une troisième topique dite “topique de l’intersubjectivité”, voire d’une “métapsychologie de troisième type” (R. Kaës, 2013), le champ de l’observation psychanalytique à toute la phénoménologie de l’inconscient dans l’espace psychique du groupe comme nouvel espace de connaissance de celui-ci, s’est considérablement élargi, enrichi, approfondi. Le travail d’observation analytique dans ces espaces groupaux particuliers, son champ spécifique et ses limites, ses conditions et modalités, ses difficultés (obstacles et entraves), son usage, jusque dans son compte rendu et ses effets dans “l’après coup”, pose, bien entendu, la question de la formation des analystes de groupe à l’observation et par l’observation.

___________________________________________________

> Télécharger le Programme des Journées scientifiques

> En savoir plus sur les journées scientifiques 2014

> S’inscrire aux Journées scientifiques

___________________________________________________

LIEU des jounrées scientifiques :

École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE)
3, avenue Alfred Sauvy – Perpignan




____________________________________________________